Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On peu reconnaître à JL Mélenchon quelques bons constats, mais on pourrait tout aussi vite lui reprocher des remèdes défouloirs qui seraient pires que le mal, et plongeraient la France dans le chaos, à moins que sa doctrine ne finisse au rayon des utopies sans lendemain. Les grandes transformations qu'il envisage, à supposer qu'elles produisent les effets escomptés, auraient un coût inestimable que dans tous les cas nos systèmes économiques et politiques ne pourraient assumer, sans risquer un chaos total dans lequel aucun français n'accepterait de s'engager réellement.

 

Certes, la production d'électricité nucléaire fait courir un véritable danger aux populations, comme le reconnaît aussi Emmanuel Macron, et on ne connaît pas son coût réel dans lequel il faudrait inclure le coût du démantèlement et du stockage des déchets que nous ne connaissons pas encore.

 

Mais freiner des deux pieds serait tout aussi dangereux, et d'ailleurs impossible, car à défaut d'une capacité suffisante d'énergie de substitution, que nous mettrons des années à développer, notre économie s'en trouverait fortement pénalisée, et les premiers à en souffrir seraient précisément ceux que Mélenchon est supposé défendre. Ramener dans un premier temps, comme le propose E. Macron, la part du nucléaire à seulement 50% dans le mix énergétique, apparaît une solution beaucoup plus réaliste.

 

Il est aussi de bon ton, quand on s'adresse à la classe ouvrière, de dire qu'il faudrait charger les contrats d'apprentissage. Eh oui ! ces pauvres enfants qui travaillent et font concurrence aux ouvriers. Les candidats à une formation à l'apprentissage ont déjà beaucoup de mal à trouver une entreprise, malgré les aides à l'apprentissage, et on imagine bien ce que cela donnerait avec des contrats sans aide et chargés.

 

Et bien sur, tant que nous y sommes autant tout faire sauter. La construction Européenne, d'abord, et la cinquième république ensuite. On se demande d'ailleurs pourquoi détailler un programme économique sans connaître les règles qui seront énoncées dans la nouvelle constitution à moins qu'il n'ait prévu aussi de la réécrire lui même, ce qui s'appelle un coup d'état.

 

Le tout fini dans un véritable feu d'artifice parce qu'il promet de donner plus à tout le monde, ce qui serait d'ailleurs bien agréable, mais à un moment donné il faudra quand même un peu produire. In fine, ce qui importe c'est quand même de produire en France, ce qui ne semble pas être la première préoccupation de notre Jean Luc national.

 

Il est comme ça Lucho , des constats à la docteur Jekill et des solutions à la Mister Hyde.

 

Thierry Tamisier, le 2/04/2017

Partager cet article

Repost 0