Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adhérer librement dans un projet et y trouver son compte, c'est en principe la proposition attendue par le plus grand nombre d'électeurs.

 

Certains s'y attellent, comme Emmanuel Macron, mais il faut expliquer que la défense de l'intérêt des uns ne se fait pas au détriment des autres. Cette stratégie qui consiste à renoncer au principe "diviser pour mieux régner" à un coût politique ; Elle ne permet pas de radicaliser les sympathisants à son avantage, raison pour laquelle les sondages nous rappellent régulièrement que c'est dans l'électorat Macron que les électeurs sont le moins sur de leur choix.

 

Pour d'autres, au contraire, il s'agit de mettre en oeuvre des politiques inégalitaires, et de l' expliquer comme un nécessaire rééquilibrage social. Ces politiques injustes n'ont en principe aucune chance de prospérer dans un environnement rationnel et démocratique. Mais elles présentent l'avantage de mobiliser rapidement les sympathisants autour d'idées simplistes et d'autant plus puissantes que tout le monde peut se les approprier.

 

On prétend ainsi que les étrangers volent le travail des français et que les fonctionnaires plombent les comptes publics avec ceux qui profitent de l'aide sociale.  Ces affirmations péremptoires sont alors utilisées pour obtenir le soutient de  la base à laquelle on explique que celui qui perçoit 500 euros est responsable des malheurs de celui qui en gagne 2000.

 

Ceux qui en doutent seront rapidement traités de vilains islamo-gauchistes.

 

Hamon n'a pas échappé à la tentation des bouc-émissaires, mais il ne pouvait désigner les fonctionnaires, les étrangers ou les bénéficiaires de l'aide sociale dont il attend les suffrages. Il a donc inventé le bouc-émissaire du 3° type, les robots, dont la taxe qui leur serait appliquée servirait à financer le revenu universel. Mais il oublie au passage que pour faire fonctionner les robots il faut des ouvriers, et qu'au final, ce sera une taxe prélevée sur leur environnement qui servira à financer le revenu universel, et donc une pression supplémentaire sur leur source de revenu.

Celle là, il fallait quand même l'inventer ! On pourrait créer une nouvelle catégorie de Prix au fameux concours Lepine dont Benoit Hamon serait le premier Lauréat, en catégorie "invention politique". Cette histoire de robots, c'est un peu comme si on appliquait une taxe sur le soleil pour protéger les vendeurs de chandelle !

 

Thierry Tamisier, le 12/03/2017.

 

Partager cet article

Repost 0