Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rudy Ricciotti est inclassable, c'est l’architecte « qui fait danser le béton »; Avec un look à la Antonio Banderas, il ne laisse personne indifférent. Je l’écoute volontiers prononcer des paroles qui pourraient tout aussi bien sortir de la bouche d’un homme politique ;

« Je crois au contexte…à partir du moment ou on a des croyances on a les idées claires… il faut avoir envie de faire et la culture de la lutte »

Volontiers provocateur, cet homme sud sent bon les tamaris, le mistral, l’embouchure du Rhône, et l’apéro du dimanche, mais son talent est immense. Ce jour là deux journalistes l'attendaient chez lui.

il arrive en chantant sur la mélodie du klaxon multitonal de son cabriolet sportif dont il descend en enjambant la portière. Sur la banquette arrière, deux top models réajustent leur string Calvin Klein puis se refont les ongles.

« Il est foutu le temps des cathédrâââââââââleuuuuuus, laaa, la-la, la-laaaa »

Salut, moi c’est Rudy Ricciotti : R.R., comme Rolls-Royce. Je ne manque pas d’ « r », ha, ha, ha !

Riant comme un possédé, il entreprend une sarabande devant sa villa surplombant la mer. Sur le paillasson, inscrit en quatre langues : Money makes the devil dance.(L'argent fait danser le diable) Puis, il monte quatre à quatre les escaliers sans que son costume neuf de couturier milanais ne se froisse, l’homme aime parler à la troisième personne.

Tu vois ce bureau, coco, c’est « l’ambition démesurée du travail ». Six mètres de cuir pleine fleur, du requin blanc des Malouines pêché à la mouche, autrement, la peau est trop rugueuse. « Prévu provisoirement chez Honecker, pour être installé définitivement chez Ricciotti ». Que veux-tu, les empires meurent, les architectes restent. Du haut de ces pyramides... (Il ouvre une cave à cigares en ronce de noyer).

Un cohiba ? Tu vois, ce que Ricciotti aime dans le cigare, c’est qu’il est roulé sur les cuisses finement perlées de sueur de jeunes ouvrières cubaines. C’est ce qui leur donne ce parfum inimitable.

L’homme est volontiers provocateur, mais c'est une personnalité brillante capable d’extraire la question essentielle des problèmes de notre temps. Il définit l’architecture comme un projet romantique et révolutionnaire. Il admet encore une responsabilité collective du point de vue de l’ensemble des questions urbaines, et pose la question de principe la plus essentielle; Sommes nous capables de transformer le réel ?

Là réside selon lui l’aventure politique, mais aussi l’aventure révolutionnaire. Y a-t-il encore un futur ? Il y croit, il faut positiver, et on peut reconstruire le monde.

Il pose ainsi l'équation du défi ; une croyance , un combat, et la volonté d'aller jusqu'au bout.

http://dai.ly/x8nkp8


Thierry Tamisier. le 10/02/2017

 

Partager cet article

Repost 0