Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Fukushima ou Tchernobyl ce sont des milliers de kilomètres carrées de terre qui sont inhabitables pour longtemps, car certains produits radioactifs mettent des années à perdre leur nocivité (l’Uranium 238 a une durée de vie de 4.5 milliards d’année !!).

Dans les années 1990, il fallait 36 milliards de dollars pour remettre à niveau le parc nucléaire de l’ancienne union soviétique, comme l'évaluait Jacques Atalli dans son ouvrage bien nommé ; « l’économie de l’apocalypse ». Le démantèlement des centrales nucléaires construites en Europe coûtera aussi plus de 2000 milliards, soit une dette colossale à la charge des générations futures.

 

C'est avec cette réalité que l'on doit aborder le concept d’indépendance énergétique à la base du développement du nucléaire en France.

Emmanuel Macron a bien compris le problème dans toutes ses composantes quand il dit que la question de la sécurité est un défi majeur que nous avons à relever, et qu'il reconnaît que personne ne sait dire aujourd'hui le coût complet du nucléaire comprenant le démantèlement, la sûreté , le retraitement.

Dans l'état actuel de notre dépendance au nucléaire, sa détermination à agir sur le mix énergétique pour ramener la part du nucléaire à moins de 50% à l'horizon 2025, et avec un objectif de 32% d'énergie renouvelable, devrait séduire les écologistes réalistes.

On notera aussi qu'à l'échelle de la planète, la production nucléaire mondiale ne représente finalement que 17% de la production totale consommée, soit bien moins que ce que l’on pourrait économiser avec une gestion plus responsable de l’énergie, car le mégawatt le moins cher c'est toujours celui qu'on ne consomme pas.

Thierry Tamisier, le 10 février 2017

Partager cet article

Repost 0